Projet collectif- Foyer de Vie du Colombier – St Géniez d’Olt (12) – 2019

Un lieu de passage ce transforme en lieu d'échanges...

 

 

 

 

 

 

Une cage d’escalier, un foyer d’envies, des idées colorées et c’est parti !

Bienvenue dans le Foyer de Vie « Le Colombier » géré par la Fondation Optéo à Saint-Geniez d’Olt, dans l’Aveyron. Ce foyer héberge et accompagne des personnes majeures en situation d’handicap mental dans leur vie quotidienne et, pendant plusieurs jours, ce quotidien a pris de nouvelles formes… colorées !

Le Foyer de Vie a permis à 60 résidents, accompagnés d’AMP (aides médico-psychologiques), de participer à un projet collectif auquel se sont même associées les équipes encadrantes et administratives. L’esprit d’entraide et de solidarité, si important dans ce lieu de vie, a permis aux résidents et au personnel de réaliser ensemble une création partagée. Tous investis une semaine et demie pour habiller d’une fresque un mur de l’établissement : dans cet espace-temps, seul le pinceau était important ! Avec l’artiste Jokolor qui a pour tout bagage peintures et pinceaux, le défi de ce peintre itinérant a été une fois de plus relevé : l’expression de chacun a construit l’oeuvre de tous !

C’est son talent, c’est sa démarche, Jokolor sait transformer son « savoir-faire » en « laisser-faire ». A chacun de prendre un pinceau et de choisir une place sur le grand mur blanc. A chacun de dessiner sa forme géométrique et de la colorer comme il lui plait. Ainsi, par groupes de 3 ou 4 personnes, pendant une heure de temps, l’artiste accompagne chaque personne à laisser une trace, à laisser sa trace. « Il y a un résident qui ne voulait pas. Il rechignait. Il a essayé, ça lui a plu. Il a voulu remplacer un absent. Il a pris son tour. Il a peint deux fois. Le seul qui ne voulait pas, le seul qui a peint deux fois ». Au fil des jours et des idées, s’esquisse une fresque murale qui s’enrichit, qui se modifie, qui s’agrandit. « Les résidents en parlent, regardent ce qu’ils ont fait et comment cela a évolué. C’est concret pour eux. Ils peignent sur un mur du nouveau, leur trace, puis la suivent, la revoient dans un ensemble, dans un rendu qui bouge. »

Vient le moment de rechercher l’unité. De couleurs en couleurs, l’artiste lie les traces des uns et des autres. Comme « par ricochets », il adapte, il fait résonner, il relie les couleurs entre elles.

Le temps de cette rencontre, un simple lieu de passage, une cage d’escaliers, s’est transformé en lieu d’échanges, en lieu de vie. « L’attention du personnel, celle des résidents qui viennent vers toi, toujours avec un « Bonjour, comment ça va ? » rappelle combien les choses simples de la vie font du bien. »
Le chantier fini, c’est toujours avec ces regards croisés et ces instants partagés que Jokolor reprend la route. « Je ne manquerai pas de lire le livre de Bernard, résident « haut en couleurs » à l’âme d’artiste qui écrit et qui sculpte à partir d’objets de récupération. »
Grâce à ce projet, les résidents ont pu partager du lien social, vivre avec le personnel qui s’occupe d’eux un moment de complicité et voir le fruit de leur travail embellir leur espace de vie. Une belle réussite, un monde créatif né dans l’espace sécurisant dont ils ont besoin.
ARTISTE JE Une cage d’escalier, un foyer d’envies, des idées colorées et c’est parti !

Bienvenue dans le Foyer de Vie « Le Colombier » géré par la Fondation Optéo à Saint-Géniez d’Olt, dans l’Aveyron. Ce foyer héberge et accompagne des personnnes majeures en situation d’handicap mental dans leur vie quotidienne et, pendant plusieurs jours, ce quotidien a pris de nouvelles formes… colorées !

Le Foyer de Vie a permis à 60 résidents, accompagnés d’AMP (aides médico-psychologiques), de participer à un projet collectif auquel se sont même associées les équipes encadrantes et administratives. L’esprit d’entraide et de solidarité, si important dans ce lieu de vie, a permis aux résidents et au personnel de réaliser ensemble une création partagée. Tous investis une semaine et demie pour habiller d’une fresque un mur de l’établissement : dans cet espace-temps, seul le pinceau était important ! Avec pour tout bagage peintures et pinceaux, nous avons une fois de plus relevé le défi  : l’expression de chacun a construit l’oeuvre de tous !

A chacun de prendre un pinceau et de choisir une place sur le grand mur blanc. A chacun de dessiner sa forme géométrique et de la colorer comme il lui plait. Ainsi, par groupes de 3 ou 4 personnes, pendant une heure de temps, chaque personne à laisser une trace, laisse sa trace. C’est le moment d’un p’tit clin d’oeil à un résident qui ne voulait pas. Il rechignait. Il a essayé, ça lui a plu. Il a voulu remplacer un absent. Il a pris son tour. Il a peint deux fois. Le seul qui ne voulait pas, le seul qui a peint deux fois ! Au fil des jours et des idées, s’esquisse une fresque murale qui s’enrichit, qui se modifie, qui s’agrandit. Les résidents en parlent, regardent ce qu’ils ont fait et comment cela a évolué. C’est concret pour eux. Ils peignent sur un mur du nouveau, leur trace, puis la suivent, la revoient dans un ensemble, dans un rendu qui bouge.

Vient le moment de rechercher l’unité. De couleurs en couleurs, je lie les traces des uns et des autres. Comme « par ricochets », j’adapte, je fais résonner, je relie les couleurs entre elles.

Le temps de cette rencontre, un simple lieu de passage, une cage d’escaliers, s’est transformé en lieu d’échanges, en lieu de vie. L’attention du personnel, celle des résidents qui viennent vers toi, toujours avec un « Bonjour, comment ça va ? » rappelle combien les choses simples de la vie font du bien.
Le chantier fini, c’est toujours avec ces regards croisés et ces instants partagés que se reprend la route. Je ne manquerai pas de lire le livre de Bernard, résident « haut en couleurs » à l’âme d’artiste qui écrit et qui sculpte à partir d’objets de récupération.
Grâce à ce projet, les résidents ont pu partager du lien social, vivre avec le personnel qui s’occupe d’eux un moment de complicité et voir le fruit de leur travail embellir leur espace de vie. Une belle réussite, un monde créatif né dans l’espace sécurisant dont ils ont besoin.

A DECOUVRIR : « UNE MINUTE- UN PROJET »

Une minute d’images prises sur le vif durant la réalisation de projets collectifs, une minute dans les coulisses.